Terriers et cueillerets de l’abbaye de Saint-Denis (1657-1789). Plans parcellaires de Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve et Pierrefitte (1699-1780).

Fermer le formulaire de recherche
type de document
dates
Le terrier est un document qui permet au seigneur foncier de faire valoir ses droits sur la terre et sur les hommes de sa seigneurie.

Le terrier est établi par un notaire à partir d’un minutieux travail d’enquête auprès de la population. Dans le temps imparti au recueil des données pour l’établissement du nouveau terrier, le tenancier (souvent le paysan qui possède et/ou exploite la terre) doit passer des « aveux et dénombrements », c’est-à-dire déclarer les parcelles de sa tenure en précisant la nature et le montant des redevances dont elles sont chargées.

Les données collectées, vérifiées et mises en ordre, constituent le terrier. Le terrier ne peut pas servir, de manière directe, au recouvrement des redevances. Il est uniquement, pour le seigneur foncier, un document de référence, à valeur probante.  Il ne peut être annoté. Le terrier se double ainsi du cueilleret, outil de gestion directe, maniable et régulièrement mis à jour. Des plans parcellaires accompagnent certains terriers.

Les terriers sont un matériau historique foisonnant : anthroponymes, titres utilisés pour désigner les tenanciers, activités professionnelles déclarées, liens familiaux, étendue des parcelles cultivées, micro-toponymes, etc.

La connaissance de l’histoire de l’abbaye de Saint-Denis est un élément d’interprétation des terriers locaux et de localisation des sources complémentaires qui peuvent s’y rattacher. En particulier, les deux moments suivants :

    • En 1672, sous l’abbatiat de Jean-François de Gondi, cardinal de Retz, les biens et revenus de l’abbaye sont partagés entre la mense abbatiale (l’abbé), et la mense conventuelle (les religieux).
    • En 1686, les revenus de la mense abbatiale sont attribués à la Maison royale de Saint-Louis, à Saint-Cyr, près de Versailles, pour servir à l’éducation de 250 jeunes filles de la noblesse.

 

Pour s’orienter et se donner des idées de recherche : 
    • Marc Bloch, « Les plans parcellaires », Annales d’histoire économique et sociale, 1, 1929, p. 61-62.
    • Albert SOBOUL, « De la pratique des terriers à la veille de la Révolution », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 19e année, N. 6, 1964. pp. 1049-1065.
    • Samuel Leturcq, « À la découverte de la dimension spatiale des terriers… Le SIG, outil d’analyse des terroirs d’exploitation », Le Médiéviste et l’ordinateur, 44, 2006 (Les systèmes d’information géographique) : http://lemo.irht.cnrs.fr/44/terriers.htm