Biens et revenus de l'abbaye de Saint-Denis. Terriers et cueillerets (1657-1789). Plans parcellaires de Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve et Pierrefitte (1699-1780). Livre vert de l'abbaye (1411). Procès-verbal de partage entre les religieux et le Cardinal de Retz (1672).

Fermer le formulaire de recherche
type de document
dates

L'abbaye de Saint-Denis est une seigneurie et à ce titre produit différents outils de gestion seigneuriale. Elle organise, réglemente et taxe.

Le terrier est un document qui permet au seigneur de faire valoir ses droits sur la terre et sur les hommes de sa seigneurie. Il est établi par un notaire à partir des déclarations des tenanciers (souvent le paysan qui possède et/ou exploite la terre). Les données collectées, vérifiées et mises en ordre, constituent le terrier. Il est uniquement un document de référence, à valeur probante, qui ne peut pas servir de manière directe au recouvrement des redevances ni être annoté. Le terrier se double du cueilleret, outil de gestion directe, maniable et régulièrement mis à jour. Des plans parcellaires accompagnent certains terriers.

En 1672, sous l’abbatiat du cardinal de Retz, les biens et revenus de l’abbaye sont partagés entre la mense abbatiale (l’abbé), la mense conventuelle (les religieux) et la mense distraite destinée à l'entretien et aux réparations du monastère. La transaction a lieu au terme d’un conflit d’intérêt important qui oppose les deux parties. Le cardinal de Retz a contracté plusieurs millions de livres de dettes. En 1662, revenu en grâce, il s’est démis de l’archevêché de Paris et a reçu en compensation l'abbaye de Saint-Denis. Il veut faire face à son lourd passif financier en s’appuyant sur les ressources de l’abbaye. Les moines sont inquiets pour l’avenir de leurs moyens de subsistance. La décision du partage est prise. Le procès-verbal de partage formalise cette décision.

Le Livre vert de Saint-Denis est un outil de référence pour l’abbé afin d’assurer au quotidien le plein exercice des pouvoirs de l’abbaye et la bonne gestion de ses intérêts. Dans une première partie, ce cartulaire énonce les privilèges et les devoirs de l’abbaye  en tant qu’établissement religieux. Dans une seconde partie, il détaille les droits de l’abbaye en tant que seigneur temporel.