A identifier

Il y a des photographies tristement muettes. Pas de légendes au dos, pas d’indices, pas de repères. Comment faire ? Vous pouvez nous aider à les situer dans le temps et dans l’espace. Vous pouvez reconnaître des visages. A vous de nous dire ce que vous savez ! Nous vous donnons la parole et vos contributions sont publiées.



Augmentez nos salaires

Enquête précédentestdenis_14fi1053_1_s.jpgEnquête suivante
Voir le flux RSS des commentaires de cette enquête




mardi 30 juin 2015 - Brouta DanielJ'ai habité au n° 20 rue de la brîche . Je me souviens de l'explosion d'une chaudière chez Spiros dans les années 1953 /1954 . Il y a eu 1 mort je pense . Mes parents ont travaillé chez Spiros , leurs noms : Hénon

vendredi 02 mai 2014 - C. Bano-DelagréeIl s'agit des ouvriers du siège social depuis 1842 de l'usine "Spiros", fabricant de compresseurs. Usine située au 26/30 rue Paul Eluard, ancienne rue de la Briche. L'usine occupait également toute la partie droite de la rue Elsa Triolet, jusqu'à la rue des Moulins Gémeaux. En face, toujours dans la rue E. Triolet au niveau du n°3, actuel) était l'usine 'Pingeot Bardin" fabricant de pièces pour autos, déplacée à Dijon. En 1er plan à gauche sur la photo, je reconnais M. Yves Hervé, client de mes parents et grands-parents alors commerçants au n° 18 (depuis 1900) à la place de l'entrée du collège E. Triolet. Les autres personnes me sont familières mais je ne me rappelle plus de leur nom. La dame en blouse blanche au centre est l'infirmière rattachée à l'usine, son cabinet était attenant à l'usine, au niveau du n°26. Les immeubles voisins, (démolis maintenant, depuis1979) soit les n° 20/22/24 de la rue de la Briche étaient prioritairement occupés par les employés de cette usine. Il était fréquent à l'époque que les gens demeurent à proximité de leur lieu de travail. Les dirigeants se rendaient acquéreurs de logements ou d'immeubles entiers, afin de loger leurs ouvriers. La photo a été prise vers 1968. L'appellation devient ensuite "Demag-Spiros" déplacée à Pantin. concernant une partie de la rue de la Briche : n°16 les Ets. Herbellot charpente et menuiserie, remplacée ensuite par les Ets. Robert Larue, fournisseurs pour teinturiers. n°12 bis, Ets. Georges Farges, déménagement (entreprise familiales de 3 générations), installés auparavant rue des Chaumettes. Les Ets. Georges Lour couverture/plomberie. n° 36, les Ets Sagnelonge Frères, chaudronnerie/tolerie, et les Moulins Gémeaux Gilbert Drain, grains et fourrages au n°30, etc...

jeudi 11 avril 2013 - Les Archives municipales de Saint-Denis :Merci ! Les ouvriers sont donc tout à côté de leur entreprise "Spiros". Il faut se souvenir qu'une partie de la rue de la Briche est devenue la rue Paul Eluard (dénommée en 1956).

mercredi 03 avril 2013 - fromont jean-claude précision : le groupe d'ouvriers sont devant leurs ateliers et non pas devant l'inspection du travail . a l'époque il me semble que l'inspection du travail était rue Lanne

mercredi 03 avril 2013 - fromont jean-claude nous somme a l'l'angle de la rue Paul éluard , rue Elsa Triolet a l'endroit ou se trouve maintenant le colège du meme nom . ou l'ont apercoit la voiture avec une personne se trouve actuellement les locaux du PCF .

mercredi 27 mars 2013 - Les Archives municipales de Saint-DenisNous sommes en novembre 1967, les ouvriers et les ouvrières de chez Spiros sont devant l'Inspection du travail. Est-ce à Saint-Denis ?