Nous recevons les usagers sur rendez-vous uniquement. Cliquez ici pour réserver un créneau de consultation.

Focus

Vous accédez à des documents (films, photos, études, etc.) et vous lisez en même temps un article qui vous aide à les mettre en perspective.


Un message en arabe pour les travailleurs nord-africains – Avril 1947

On peut lire, dans le Bulletin municipal de Saint-Denis du mois d’avril 1947 la phrase suivante :« La colonie nord-africaine de Saint-Denis étant très importante, nous avons penséadresser à ces travailleurs un appel en leur langue ». Cette phrase introduit effectivement un texte imprimé en langue arabe non traduite . C’est un mot d’amitié écrit et publié dans la presse officielle de la mairie. Il s’adresse aux Algériens de Saint-Denis qui sont arrivés par milliers depuis 1945, poussés à l’exil par la nécessité de trouver du travail.

Consulter

Pour la paix en Algérie – 1961

Nous sommes à Saint-Denis pendant la Guerre d’Algérie, le 21 mars 1961. Il fait beau. Il y a du soleil sur les pavés. La scène se passe sûrement à l’heure du repas de midi car des hommes ont le pain de leur casse-croûte à la main et leur musette à l’épaule. C’est une prise de parole syndicale ou politique, dans la rue, devant la porte d’une usine.

Consulter

Plan d'arpentage ancien – 17e/18e siècle

Le plan d’arpentage présenté dans ce focus a été commandé par l’abbaye de Saint-Denis. Il a été dessiné et peint entre la fin du 17e siècle et le début du 18siècle. Il représente les limites des seigneuries situées au nord de la ville fortifiée de Saint-Denis : Saint-Léger et Pierrefitte d’abord, mais aussi Stains. Nous sommes donc, sur ce plan, dans le périmètre de la banlieue d’aujourd’hui, au nord de Paris, il y a 300 ans.

Consulter

La construction de l'autoroute A1 – Années 1960

A partir des années 1950, l’automobile a changé la morphologie des villes et la vie quotidienne de leurs habitants. Il a fallu que la ville s’adapte à l’automobile. C’était le mot d’ordre de l’époque. C’est un fait connu. On ne mesure pas toujours, pourtant, la radicalité, dans le paysage urbain, des mutations forcées induites par l’automobilisme.

Consulter